mardi 13 août 2013

Les Aléas - Groupe d'improvisation


Direction : Frédéric Ligier

Avec :
Luc Baby (Bandonéon)
Julia Baby (Flûte traversière)
Leila Bouazza (Soprano)
Emmanuelle De Gasquet (Chant)
Damiane Goudet (Comédienne)
Karine Laleu (Comédienne)
Marie Lamachère (Comédienne)
Maxime Larcher (Comédien)
Sarah Lauret (Violoncelle)
Sofia Laznic-Galvès (Comédienne)
Frédéric Ligier (Clavier - percussions)
Arévik Martirossian (Chant)
Juliette Riandey (Alto)
Laure Warnery (Flûte traversière)



“ On dirait que le langage a pour limites 
la musique d’un côté, l’algèbre de l’autre. ”
 Paul Valéry



"Mais tout ce qui se rattache 
à la qualité de la vibration, 
à la résonance de l'espace 
et aux caisses de résonances du corps, 
à la manière dont l'exhalation porte la vibration, 
tout cela ils ne sont même pas capables 
de le saisir, au début. ”

Jerzy Grotowski




NOTRE HISTOIRE

C’est en 2004 que le projet « Aléas » prend sa source.
Il nait de la rencontre entre Frédéric Ligier et quelques comédiennes
lors d’un stage de théâtre japonais intitulé « Claudel et le Nô », à l’ARTA.
Pendant ce stage, Frédéric Ligier intervenait pour préparer
comédiens et autres artistes à la partie musicale du Nô,
c'est-à-dire former un choeur capable d’improviser en musique
sur le jeu du comédien.
Certaines comédiennes ont souhaité continuer le travail après le stage
et, un an plus tard, un atelier de recherche
entre comédiens et musiciens voyait le jour.
Le but premier était de tisser des liens entre Musique et Théâtre
afin de trouver une harmonie entre ces deux Arts, sur la scène.
Au fil du temps, le groupe de recherche s’est étoffé, enrichi
et a décidé de se produire en concert.
Aujourd’hui, il compte une douzaine d’artistes…




“ Chaque mot contient en puissance sa ligne mélodique.
En lui surajoutant une ligne mélodique opposée à la sienne,
on paralyse son envol
et le mot s’écrase
sur le plancher de la scène.
Ma règle personnelle est de respecter la plastique du mot 
afin de lui donner toute sa force.”
Arthur Honegger


Notre rencontre est née d’une envie commune de tisser
des liens entre Théâtre et Musique.
Qu’ils soient à l’origine comédiens ou musiciens,
les artistes des Aléas ont tous eu l’occasion
de travailler avec des artistes de « l’autre monde »…



"Une théorie du rythme
est une théorie du sens
non parce que le rythme est sens,
mais parce que le rythme 
est en interaction avec le sens.
Le poème est le discours
où cette interaction est la plus visible.
Sans doute aussi celui
où elle est la plus spécifique.”
Henri Meschonnic



Nous sommes partis d’un constat

Théâtre et Musique sont souvent associés,
mais, que ce soit pour des raisons pratiques (manque de temps, de moyens, etc…),
ou par simple méconnaissance réciproque de chaque univers, 
il est rare de trouver un véritable équilibre scénique entre ces deux Arts.
Au théâtre, la musique n’a souvent qu’une fonction illustrative du jeu des comédiens
(ce qui est intéressant, mais terriblement réducteur) ;
Dans le domaine de la musique, le théâtre est souvent perçu comme un « plus », 
une option valorisante mais qui reste secondaire. On lui accorde donc peu de moyens
(temps de répétition réduits, direction d’acteur allégée,…).
Par ailleurs, les musiciens et les comédiens, bien qu’amenés à travailler ensemble, se connaissent généralement très mal. Leurs méthodes de travail diffèrent, 
ainsi que leurs besoins… il faut donc faire un véritable effort pour qu’ils puissent 
effectivement se rencontrer.
C’est cet effort que nous avons souhaité faire en créant Les Aléas.


Nos objectifs :

Rechercher l’équilibre scénique entre comédiens et musiciens
Qu’elle soutienne le jeu scénique ou qu’elle le nourrisse,
la musique est un élément de jeu à part entière.
Ainsi, elle a parfois le rôle d’accompagnatrice du comédien et parfois celui de personnage.
Les deux partenaires jouent donc l’un avec l’autre,
l’un pour l’autre : c’est un véritable échange.


Par l’écoute réciproque
Pour le comédien, c’est être à l’écoute de son partenaire ;
pour le musicien, être à l’écoute du chœur vocal ou instrumental.
Plus encore, il faut que comédiens et musiciens soient en harmonie.
Cela suppose une écoute encore plus profonde : un état de disponibilité totale, 
d’ouverture et d’extrême perception.


Faire disparaître progressivement les frontières entre ces deux mondes
Depuis la création du groupe, la frontière entre musiciens et comédiens s’est amoindrie: les comédiens sont également chanteurs et musiciens (percussions,…)
et les musiciens ont travaillé l’interprétation avec ou sans texte. 
Ce n’est plus un groupe de musiciens et de comédiens, 
mais un groupe d’artistes polyvalents.


Pour improviser ensemble
Car il est bien question d’improvisation : pas de partition et, 
à de rares exceptions près, pas de texte appris. 
L’improvisation est instrumentale et vocale (chant ou texte improvisé).
Nous sommes en plein cœur du spectacle vivant : tout se joue sur l’instant.

Tout vit et tout meurt au rythme de nos cœurs qui, le temps d’un souffle, 
frappent en cadence pour nous faire goûter à la beauté de l’éphémère…



“Il faut alors se souvenir
des grandes époques de l’art
où l’ambiguïté du texte et du son
a été authentiquement résolue,
quand le poète,
tout ensemble écrivain,
musicien, ordonnateur des jeux
ou des rites de la Cité,
ou bien encore crieur public
de la Légende, concevait
(ou chantait) à la fois son « texte »
et sa « musique ». ”
Jean Tardieu

___________________________________

DATES

Prison de Frênes
Théâtre 13
Prison de Meaux
Festival Dyonisies

_____________________________________________


"J'ai toujours eu l'idée d'une scène 
où la parole et la musique iraient 
chacune de leur côté
et ne s'écouteraient, si je peux dire, 
que latéralement." 
Paul Claudel



Aucun commentaire:

Publier un commentaire